Blog, de Jean-Philippe Blondel (éd. Actes sud junior)


A quinze ans, notre narrateur a soif d’absolu et regarde le monde d’un œil neuf et gourmand, confiant dans sa capacité à changer une donne que il trouve souvent injuste et complaisante, en tout cas en manque certain d’ambitions conquérantes.

Vif et éclairé, c’est un adolescent qui ne manque ni d’humour, ni de lucidité même s’il est parfois un brin mégalo. On dénote rapidement chez lui beaucoup de sensibilité et de tendresse derrière une façade d’irréductible mutin.

Il aime sa famille bien sûr, même s’il trouve un peu dédaigneusement que ses parents sont trop communs et affadis par une vie tranquille de petits-bourgeois dans laquelle il ne se passe rien d’excitant.

En quête de liberté, il est très à cheval sur les valeurs morales, le respect de sa personne, les limites que les adultes ne doivent pas dépasser, surtout ses géniteurs envers lesquels il est d’une rare exigence.

Alors le jour où il se rend compte que son père lit en cachette son blog, équivalent technologique au bon vieux journal intime, il voit rouge. C’est un abus de confiance inacceptable, une transgression éhontée des règles implicites de vie commune, un déni de son individualité, ni plus ni moins qu’un viol de sa personne. La réplique est brutale, sans concession, intransigeante : il n’adressera plus la parole à son père et tant pis si tout le reste de la famille en subit les conséquences.

Penaud, honteux et bourré de remords, son père ne sait plus quoi faire pour se faire pardonner de cet inébranlable justicier. Le dialogue étant définitivement rompu, il va déposer un soir un carton poussiéreux devant la chambre de son fils. Une boîte de Pandore qui recèle à la fois des souvenirs intimes mais aussi un secret bien caché.

Oscillant entre agacement, tendresse, condescendance et admiration, notre narrateur va alors faire un plongeon dans le passé de son père et le découvrir sous un nouveau jour.  Peu à peu, il va toucher du doigt comment un jeune homme plein d’ambitions peut se retrouver cassé prématurément par la vie et comment il doit renoncer douloureusement à ses rêves. Peu à peu, la toute puissance de son adolescence va se confronter à la fragilité de la vie et s’écorcher à la dure réalité de la perte et de la culpabilité.

Un roman très touchant sur l’adolescence, tout en finesse et profondeur.

Prix NRP de la Littérature Jeunesse 2010, Prix littéraire des collégiens du Bessin-Bocage 2011, 2011 Prix Adolescent d’un Livre à l’Aude

Et si vous jetiez un oeil sur...



Commentaires

[...] dans une collection ciblant les ados que j’ai ai eu envie de lire « Et rester vivant ». Blog abordait un sujet grave et délicat avec une grâce et une douceur qui m’avaient alors [...]

posté par La Ruelle bleue : blog littéraire le 07.09.11 à 13 h 43 min

[...] dans une collection ciblant les ados que j’ai ai eu envie de lire « Et rester vivant ». Blog abordait un sujet grave et délicat avec une grâce et une douceur qui m’avaient alors beaucoup [...]

Les commentaires ne sont pas activés