L’indésirable, de Sarah Waters (trad. Alain Defossé, éd. Denoël & d’ailleurs)


Lorsque l’âme mélancolique d’Emily Brontë rencontre le fantastique d’Edgar Poe, cela donne un roman gothique au romantisme haletant…

« L’indésirable » réunit tous les ingrédients pour exalter  l’émotion et la sensibilité du lecteur, le faire doucement frissonner et forcer son empathie envers des personnages attachants au destin dramatique.

Le narrateur, guindé dans sa rationnalité, expose dignement ses états d’âme en racontant ses souvenirs douloureux d’un amour perdu. L’héroïne est une jeune femme passionnée qui inspire compassion et admiration, figure emblématique d’une aristocratie décadente poursuivie par la fatalité.

Le lieu de l’action est un manoir délabré hanté par les souvenirs familiaux et les drames personnels, véritable incarnation d’un maléfice psychique. L’étrange et le surnaturel s’opposent et s’imposent à la raison, les brumes de la lande anglaise envahissent peu à peu l’esprit du lecteur qui se laisse délicatement impressionner par cette bâtisse et son passé imposant.

Le spectre de la guerre rôde et marque les esprits et le quotidien de manière indélébile. La fin nostalgique d’un monde hégémonique laisse place à une nouvelle société au modernisme criard mais égalitaire.

L’atmosphère est inquiétante, le moment solennel, les personnages accablés et totalement inadaptés. Le lecteur oscille entre rêves et réalités, entre folie et rationalisme, entre un monde en pleine dégénérescence et un nouveau monde émergent.

Le tout est servi par une écriture douce et ciselée, un style pénétrant et efficace. Sarah Waters nous entraîne magistralement dans une histoire au charme entêtant, à lire idéalement le soir au coin du feu, un chat douillettement lové sur les genoux, quand la tempête faite rage au dehors…

Et si vous jetiez un oeil sur...



Commentaires

Je viens de le terminer, un vrai plaisir !
l’angoisse monte, monte, c’est très bien construit !

posté par Michel le 11.11.10 à 20 h 12 min

Ah, ça me fait plaisir d’avoir un écho assez fidèle à mes impressions de lectures ! Dis-moi Michel, as-tu lu d’autres livres de Sarah Waters ? Je te demande ça parce que j’ai vu que tu as participé au tag des 15 auteurs (tu l’as échappé belle, j’ai failli te tagger aujourd’hui sans savoir que L’or des chambres m’avait devancée) et que tu la citais. Pour ma part, L’indésirable m’incite grandement à poursuivre la découverte de cette auteure !

posté par La Ruelle bleue le 11.11.10 à 21 h 23 min

J’ai adoré ses 3 premiers
mais le suivant ‘ronde de nuit’ je ne l’ai pas terminé, je n’ai pas accroché au procédé de retour en arrière
mais le dernier est génial

posté par Michel le 12.11.10 à 18 h 53 min

je crois que je vais me laisser facilement tenter par ses romans sous l’ère victorienne !

posté par La Ruelle bleue le 13.11.10 à 10 h 19 min

Je viens de le lire pour le prix ELLE 2011 et j’ai vraiment aimé, je n’ai pas vu passer les 700 pages. L’ambiance et la complexité des différents personnages m’ont beaucoup plus.

posté par Ankya le 28.11.10 à 21 h 58 min

Une belle réussite pour moi aussi !

posté par La Ruelle bleue le 30.11.10 à 9 h 25 min

J’ai terminé ce livre, avalé en deux jours, il y a deux semaines. Je suis encore sous le charme de Hundreds ! J’ai du mal à me concentrer sur les livres que je lis depuis, car quand je réponds à une question laissée en suspens par le roman, une nouvelle me saute au visage. J’ai été hapée par cette intrigue et j’ai été frustrée que le livre se termine, j’aurais pu être envoûtée encore 1000 pages!
PS: un trésor ce blog !!!!

posté par Sue le 23.01.11 à 16 h 41 min

Bienvenue Sue ! J’ai été aussi sous le charme de l’Indésirable ; je me suis laissée emportée par l’histoire, les personnages et l’ambiance fantastique et romantique de l’univers créé par Sarah Waters… Un très bon souvenir de lecture !

posté par La Ruelle bleue le 23.01.11 à 20 h 18 min

Rien de transcendant mais qu est ce que la transcendance, je me tate,pas du tout le genre kantien, interminablement ennuyeux, pour moi le truc c est la legerete

posté par Anonyme le 11.08.11 à 22 h 16 min

Pour la légèreté et la transcendance, essayez la Bhagavad-Gītā !

posté par La Ruelle bleue le 13.08.11 à 9 h 26 min
Les commentaires ne sont pas activés