Arrêtez-moi là ! Iain Levison (Liana Levi)


Passons sur le titre en français et la couverture qui font toc et carnavalesque (heureusement qu’on me l’a offert parce que sinon le visuel ne m’aurait jamais accrochée…). Enfin, si on devait se fier à ces éléments marketing ou à la quatrième de couverture pour choisir un livre de façon fiable, ça se saurait… Toutefois, à y regarder de plus près, qui dit carnaval, dit bouffon, dit pasquinade, et c’est bien ce qui nous attend ici.

Donc, plongeons directement dans l’histoire de ce chauffeur de taxi qui, à la suite d’une série de malencontreux concours de circonstances, se retrouve accusé d’enlèvement et soupçonné du meurtre d’une fillette. Petit détail qui tue : Jeff est un ressortissant du Texas, vous savez cet état du sud de l’Amérique qui n’est pas franchement réputé pour son progressisme.

En 2010, son administration zélée détenait la palme de la peine capitale avec deux mises à mort par mois en moyenne, ce qui représente la moitié du nombre total d’exécutions sur l’ensemble des États-Unis, qui lui par ailleurs est en régression.

Encore très récemment, face aux doutes qui planent sur la culpabilité de certains exécutés laissant imaginer une certaine faillibilité dans le système pénal texan, un juge « rebelle » a voulu relancer le débat sur le risque de tuer des innocents. Mais la cour d’appel criminelle du Texas a refusé la tenue des audiences en argumentant que «la Cour suprême n’a jamais requis l’infaillibilité humaine dans le droit et la procédure pénale». On peut légitimement tuer en toute sérénité. Oyez, oyez braves gens, tout est calme, dormez tranquilles.

Donc, dans ce « gunstate » ultraconservateur qui dégaine la seringue létale avec autant d’enthousiasme qu’il met à soutenir les Minutemen à la frontière mexicaine, Jeff est passible de la peine capitale. C’est d’ailleurs dans le couloir de la mort qu’en tant que pédophile présumé assassin il attend son procès, en compagnie des durs de durs.

« Je sais que tout se résoudra. Je fais confiance au Système. »

Inutile de vous dire que l’enquête de police est bâclée, qu’aucune preuve formelle n’est avancée (et pour cause, il est innocent) ! Vous ajoutez à cela un avocat commis d’office peu consciencieux et dont l’inclination naturelle à la facilité suffit à le convaincre de la culpabilité de son client, une mère à l’hystérie merveilleusement télégénique et hop, vous avez une descente aux enfers bien noire et bien grinçante, un tableau cauchemardesque d’un emballement administratif et judiciaire effréné et surréaliste. Ça ne suffit pas à diluer en vous le rêve américain ? Qu’à cela ne tienne, la crise des subprimes nous fait une petite apparition affriolante et pleine de promesses !

Entraîné dans ce tourbillon infernal et vertigineux, Jeff est un modèle d’optimisme et de stoïcisme, heureusement doté d’un tempérament plutôt débonnaire et confiant malgré quelques montées d’adrénaline explosives bien compréhensibles. Il a raison d’y croire, car tapi dans l’ombre silencieuse qui entoure le verdict attendu, un prestigieux et efficace cabinet d’avocat a flairé l’erreur judiciaire et la juteuse commission qui l’accompagne. Joker !

Jeff a donc eu raison d’y croire. Mais il n’en a pas d’espérer. Il va s’en sortir. Du couloir de la mort. Mais pas du statut de victime de la société : la prison, elle restera dans sa tête, dans sa vie, sa façon de se comporter et d’affronter l’avenir.

Bon, ça va, pas de panique : ce n’est que de la fiction. Dormez en paix braves gens, tout est calme…

Arrêtez-moi là (« The cab driver » 2010), de Iain Levison, traduit de l’anglais par Fanchita Gonzalez Batlle, éditions Liana Levi, 3 mars 2011, 246 pages

ISBN : 9782867465659 / 18 €

Et si vous jetiez un oeil sur...



Commentaires

Ce week end, un ami m’en a dit tellement de bien (il a même ajouté qu’il me le prêtait !) que je vais le lire. C’est sur !

posté par Pierre FAVEROLLE le 11.04.11 à 16 h 20 min

N’hésite pas à relancer ton ami à propos de son offre de prêt, ce serait dommage de passer à côté d’une si belle occasion de se faire un plaisir de lecture !

posté par La Ruelle bleue le 11.04.11 à 16 h 43 min

excellent billet ! Mais je ne sais pas si au final tu as aimé ou non ce roman :) Pour la couverture , moi je la trouve très belle ,comme quoi ! ^^

Pour ce qui est de la fiction, celle ci s’inspire malheureusement d’une histoire véridique! Celle d’un homme arrêté et accusé du meurtre d’une jeune fille qui sera au final retrouvée vivante. La différence avec le roman, c’est que dans la vraie vie, le suspect innocent a perdu la sienne en prison !

l’Amérique est un pays merveilleux! Ceci dit quand on voit la difficulté de la justice française à reconnaître ses erreurs….. La justice est aveugle, c’est peut être ca qui est inquiétant !

Amitiés

posté par bruno le 11.04.11 à 17 h 05 min

bonjour bruno ! on sent bien que cette fiction s’inspire cruellement du réel : c’est pour cela que j’ai resitué le contexte de la politique du Texas dans l’actualité récente de ce juge qui s’est fait rembarré à force de vouloir relancer le débat sur la peine de mort. J’ai bien aimé ce roman (même si ce n’est pas « un coup de coeur »). Les livres que je n’ai pas aimé ne figurent pas dans La Ruelle bleue. C’est un parti pris adopté après quelques mois de blog… Si je fais un article, c’est que je trouve un intérêt particulier au bouquin ; si je l’indexe en coup de coeur, c’est qu’il correspond vraiment à ma sensibilité toute personnelle de lectrice… Si je ne fais pas d’article sur un bouquin lu, c’est que je ne me sens pas en mesure de donner l’envie de le lire, alors je m’abstiens !

posté par La Ruelle bleue le 12.04.11 à 10 h 44 min

ok je le note ! c’est une bonne ligne de conduite que tu as! Je ne suis pas très loin d’avoir la même pratique, sauf quand je trouve qu’on prend le lecteur pour un âne auquel cas je n’hésite pas à mordre, ça m’est rarement arrivé, une fois à pleines dents, une autre un peu moins fort ^^ Amitiés

posté par Bruno le 12.04.11 à 19 h 32 min

J’aimerais voir ça ! Bruno tous crocs dehors ! Je l’ai fait les premiers mois et décidément, je ne suis pas à l’aise quand j’égratigne, même en argumentant… En tout cas « Arrêtez-moi là » n’entre pas du tout dans cette catégorie !

posté par La Ruelle bleue le 12.04.11 à 20 h 55 min

J’avais découvert Levinson avec Tribulations d’un précaire et Un petit boulot. Ce n’est jamais très joyeux comme ambiance, mais toujours assez proche de la réalité. Je note celui-ci pour sa sortie en format poche…

posté par Tulisquoi le 12.04.11 à 21 h 30 min

Je n’ai pas lu les précédents mais ici le ton n’est pas joyeux, évidemment, mais assez humoristique quand même, dans le genre badinage noir…

posté par La Ruelle bleue le 13.04.11 à 15 h 57 min

Ça fait un moment que j’ai lu les autres, et ma mémoire peut me jouer des tours, mais le badinage noir pourrait bien coller pour ses romans précédents… Si tu as l’occasion de les lire…

posté par Tulisquoi le 13.04.11 à 21 h 20 min

Humm… lors de ma septième vie peut-être ???!!! En tout cas, l’occasion de les recommander !

posté par La Ruelle bleue le 14.04.11 à 10 h 22 min

Hello,
Moins drôle que les autres assurément même si l’humour n’est pas absent, loin de là. Ici, je trouve qu’il est plus caustique et en colère que dans les précédents où c’était souvent très joliment amoral. Pour moi, c’est un très bon retour de la part de Levison!

posté par cynic63 le 14.04.11 à 19 h 24 min

Je vois que nous avons affaire à des connaisseurs ! C’est vrai qu’on sent ici une colère froide, une envie de donner un coup de pied rageur dans la fourmilière, de secouer les consciences…

posté par La Ruelle bleue le 15.04.11 à 11 h 54 min

Essaie « Un petit boulot ». C’est garanti sans risque de déception!!!

posté par cynic63 le 16.04.11 à 0 h 33 min

Inscrit sur mes tablettes !

posté par La Ruelle bleue le 16.04.11 à 10 h 35 min

« Trois hommes, deux chiens et une langouste » est un excellent bouquin également !

posté par zef le 25.05.11 à 16 h 49 min

oui, ce n’est pas la première fois qu’on me le recommande ! Tu es la Zef que j’ai connue il y a trois ou quatre ans sur myspace ?

posté par La Ruelle bleue le 25.05.11 à 17 h 42 min
Les commentaires ne sont pas activés