Karen et moi, Nathalie Skowronek (Arléa)


Curieux roman que cette biographie de Karen Blixen à la deuxième personne.

Non seulement Nathalie Skowronek retrace la vie de l’écrivain danoise, mais en plus elle l’interpelle directement comme en confidence et imbrique son propre parcours dans le destin tumultueux de cette femme éprouvée, désillusionnée et solitaire.

Aux côtés de cette figure tutélaire indissociable des charmes et envoûtements de l’Afrique, Nathalie Skowronek met en résonance sa propre étrangeté au monde et invoque de surcroît les grands émois suscités par ses lectures de jeunesse : Jack London, Marguerite Yourcenar, Rimbaud, Marguerite Duras, Verlaine…

Déclaration d’amour à la littérature, hommage à Karen Blixen, premier essai littéraire, thérapie par l’écriture ? Un peu de tout cela à la fois probablement…

Et cela désarçonne au début. Puis cela intrigue, sans réellement convaincre. Enfin, cela devient touchant, sans réellement enthousiasmer. Mais on n’a pas envie de malmener ce livre même si on le trouve maladroit. Car on le sent sincère avant tout. Il fait penser à un poulain qui vient de naître : chétif, malhabile, tremblant et en perpétuel déséquilibre mais attendrissant et désarmant de candeur. On a envie de le porter, de le soutenir et de voir grandir les promesses qu’il recèle.

Ce livre fait partie de la sélection du prix des lectrices de Elle 2012, catégorie roman.

Karen et moi, de Nathalie Skowronek, 25/08/2011, éditions Arléa, 124 pages,

ISBN : 9782869599529 / 15 €

Et si vous jetiez un oeil sur...