Hitler in love, Florencia Edwards

Les Cœurs cassés, Florence Day

(LC éditions)


Ce court recueil de nouvelles a pour titre original « Histoires terrifiantes pour les enfants », qui est aussi le titre d’une des nouvelles. Toutefois, il s’agirait plutôt en fait d’histoires dérangeantes pour les adultes car s’il est vrai qu’on y traite de l’enfance, ce tendre et innocent âge de la vie y est abordé sous le thème de l’éveil à la sexualité avec la mise en scène de fantasmes érotiques d’enfants qui peuvent flirter avec la morbidité ou l’inceste.

Le ton est caustique, les images crues et le tout laisse le sentiment de quelque chose de brutal, primaire, voire primitif. L’instinct submerge la raison et la compréhension, le corps s’empare de l’esprit. L’enfant est englouti sous un torrent de stimuli sexuels auxquels il ne n’est pas préparé et ne sait comment répondre. Toutes ces pulsions naissantes et violentes qu’il pense devoir cacher car inédites suscitent un sentiment de crainte, de honte mêlé au plaisir intense, à la fois de la découverte mais aussi de la jouissance.

La première nouvelle met en scène les amours scandaleuses d’Hitler et de sa nièce, qui, même si elle n’était en fait plus une enfant, est présentée ici sous l’aspect candide, voire niais, d’une très jeune fille à peine pubère. Onkel Alf est là pour la déniaiser. Mais il n’est pas maître non plus de ses pulsions où mort et sexe sont étroitement mêlés…

La deuxième nouvelle intitulée « L’homme-sac » (ou l’homme-bourses ?) évoque l’émoi sexuel d’un enfant provoqué par son institutrice. Le jeune garçon ne comprend pas ce qu’il lui arrive et n’a pas de mots pour décrire ce que son corps ressent. Il est soumis à cette chose qui gonfle en lui mais il ne sait même pas exactement dans quel endroit précis de ce corps qui lui échappe le monstre se développe. Sa tête éclate mais sa main glisse sous la ceinture…

Vous aurez compris l’audace de Florencia Edwards dont la prose bouscule et ose. « Le défi réside justement dans la manière dont (les lecteurs) pourront cohabiter avec son mystère et adhérer à la déroute qu’il provoque » conclut son compatriote Felipe Beccera Calderón dans sa postface, lui qui déjà dans « Chiens ferraux » faisait éclater le vernis des conventions sociales et osait la déroute.

Alors, prêts à relever le défi ?

 

Hitler in love, (« Historias de terror para niños », 2010) de Florencia Edwards, traduit de l’espagnol (Chili) par Brigitte Jensen, postface de Felipe Becerra Calderón, février 2012, LC éditions, 59 pages ISBN : 9782919000852 / 12 €

 

 

Tout en contraste avec les nouvelles précédemment évoquées, celles de Florence Day sont un havre de douceur et de bienveillance. Le thème central est l’amour, mais l’amour libre, heureux, tolérant, l’amour bon.

Qu’il s’agisse d’adultère, d’homosexualité, de veuvage, de premiers émois ou d’idéal, l’amour y est raconté à travers les choses du quotidien comme un bienfait, un baume, une réparation, une heureuse découverte, de soi et des autres.

Qu’il s’agisse de vieilles dames seules au crépuscule de leur vie ou d’une toute jeune fille qui débute à peine sa vie de femme, d’hommes jeunes ou mûrs, les personnages ont été transformés ou se transforment grâce à cette ouverture à l’autre qu’est le sentiment d’aimer.

Pourtant, la tristesse et la mélancolie ne sont jamais loin. La déception rode, les désillusions guettent. L’amour peut aussi être cruel. Mais il faut le vivre, garder en soi le meilleur qu’il peut offrir, même si c’est éphémère, même si c’est trompeur. Car ces pépites enfouies au fond de soi peuvent réchauffer le cœur et animer de bonheur les derniers instants d’une vie.

 

Les cœurs cassés, de Florence Day, décembre 2011, LC éditions, 73 pages
ISBN : 978291900746 / 13,50 €

Merci au service de presse des éditions LC !

 

Et si vous jetiez un oeil sur...