Les apparences, Gillian Flynn (Sonatine)


Le crime parfait existe. Si, si ! Ou plutôt, le criminel parfait, rigoureux, clairvoyant, méthodique, discipliné, organisé, brillamment intelligent, sournoisement patient et complètement fou ! Vous le découvrirez avec ce nouveau roman de Gillian Flynn, très différent du précédent – Les lieux sombres – dans le ton, la forme, l’intrigue, mais tout aussi prenant et suscitant également de l’admiration pour son auteure à l’imagination fertile, organisée, rigoureuse, méthodique…

Une femme disparaît sans que l’on puisse retrouver sa trace. Tout indique un événement violent et tragique. Le mari est rapidement suspecté.

Sur l’intrigue, impossible d’en dire plus sans gâcher le plaisir de la lecture. Mais tout repose sur de machiavéliques manipulations qui développent leur fil d’Ariane au gré d’un labyrinthe narratif alternant de chapitres en chapitres le passé et le présent, la voix masculine et la vois féminine… Les personnages principaux se dévoilent peu à peu dans un strip-tease psychologique brûlant. Les personnages secondaires entrent en scène, semant encore plus la confusion. Et encore une fois, ce n’est pas tant l’identité du criminel qui importe mais sa personnalité, son parcours, ses motivations, son profil psychologique et la danse macabre qu’il orchestre avec sa victime.

D’ailleurs, qui est vraiment coupable et qui est vraiment victime ? Les apparences sont trompeuses, une fois, deux fois, trois fois… La vérité est multiple et complexe et retourne souvent sa veste. Le couple démoniaque victime-coupable est un tandem mari-femme bien assorti qui en apparence a plein de secrets l’un pour l’autre mais en réalité se connaît sur le bout des doigts, un duo parfait en pleine partie d’échecs de très haut niveau. A moins qu’un élément extérieur, genre le fou de la reine, ne vienne troubler la partie… Qui fera mat ?

 

Grand prix des lectrices de Elle 2013, catégorie Policier

Les apparences ( « Gone girl », 2012 ), de Gillian Flynn, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Héloïse Esquié, éditions Sonatine, 16 août 2012, 570 pages
ISBN : 9782355841170 / 22 €

Et si vous jetiez un oeil sur...



Commentaires

[...] Les apparences, Gillian Flynn (Sonatine) [...]

posté par La Ruelle bleue : blog littéraire le 21.08.12 à 11 h 09 min

Salut, ça faisait un bout de temps que je n’avais pas laissé de bafouilles chez toi. Ce roman, je n’en entends que du bien. Inutile de te dire que je vais le lire bien sur. Un futur succès de cette rentrée pour sur ! Amitiés

posté par Pierre FAVEROLLE le 21.08.12 à 11 h 10 min

Bonjour Pierre ! c’est vrai que je ne lis plus beaucoup de « polars ». Mais Gillian Flynn, impossible d’y résister ! Elle arrive à faire quelque chose de très différent des Lieux sombres sans pour autant décevoir… Bonne lecture !

posté par La Ruelle bleue le 21.08.12 à 11 h 15 min

J’avais beaucoup aimé « Les lieux sombres », justement à cause de la confusion entre l’innocence et la culpabilité (est-ce vraimentinnocent de vivre des revenus d’un crime à sensation ?), les stéréotypes étaient déjà bousculés, un peu plus déçue par « Sur ma peau », mais je crois que c’était son premier … Si l’écrivain se bonifie à chaque nouveau roman, celui-ci doit être du très bon.

posté par Athalie le 21.08.12 à 19 h 08 min

Assez jubilatoire, c’est vrai. Pour l’instant, tous les avis sont positifs, voire très positifs, mais tu reviendras me dire comment tu l’auras trouvé !

posté par La Ruelle bleue le 22.08.12 à 11 h 01 min

Strip-tease psychologique brûlant : quelle magnifique formule pour décrire cet excellent roman ! Comme toi, j’ai adoré cette lecture qui ne m’a duré qu’une journée malgré ses 600 pages <3
Au plaisir de te lire,
Cajou

posté par Cajou le 22.08.12 à 12 h 05 min

Et maintenant, combien de temps faudra-t-il attendre pour être scotchée à ce point à une lecture ???!!!

posté par La Ruelle bleue le 23.08.12 à 12 h 25 min

[...] Classé sous : Littérature américaine,Littérature anglophone,Littérature noire,Thriller psychologique | Tags: Coup de coeur, crime, États-Unis, femme, femme fatale, intrigue, polar, police, rentrée littéraire 2012, Sonatine …  [...]

Bravo ! Très belle chronique ! Je trouve que Gillian Flynn a gagné en maturité dans cet opus !
A très bientôt !

posté par Gaëlle le 03.09.12 à 15 h 46 min

Bonjour ! Ah je ne dirais pas ça… Le style est cependant très différent !

posté par La Ruelle bleue le 04.09.12 à 9 h 49 min
Les commentaires ne sont pas activés