Vous êtes dans les archives de Littérature germanophone

Rechercher ailleurs ?

← Revenir à l'accueil

La Ruelle bleue baisse le rideau… thumbnail image

La Ruelle bleue baisse le rideau…

Après trois ans d'activité, plus de 280 articles et mûre réflexion, La Ruelle bleue tire sa révérence. Merci à tous ceux qui l'ont suivie, de près ou de loin, fidèlement ou de temps en temps. Et n'oublions pas : un livre doit être la hache qui fend la mer gelée en nous ...

Les tentations de la rentrée littéraire 2012 thumbnail image

Les tentations de la rentrée littéraire 2012

Premières approches classées par ordre d’apparition… (en librairie)

Deux dans Berlin, Richard Birkefeld et Göran Hachmeister (Le Masque) thumbnail image

Deux dans Berlin, Richard Birkefeld et Göran Hachmeister (Le Masque)

Les deux auteurs sont historiens de métier et ils ont indubitablement mis à profit leurs connaissances pour donner du corps à leur histoire de vengeance et de chasse à l'homme dans le Berlin du printemps 1944.

Quand les lumières s’éteignent, Erika Mann (Grasset) thumbnail image

Quand les lumières s’éteignent, Erika Mann (Grasset)

Dix histoires qui se déroulent avant le 1er septembre 1939 dans une petite ville catholique du sud de l'Allemagne, basées sur des faits réels, pour avertir du danger du totalitarisme et de la barbarie dans lequel glisse le peuple allemand. Avec en question sous-jacente : mais comment, comment est-ce possible ...

Flétrissure, Nele Neuhaus (Actes sud) thumbnail image

Flétrissure, Nele Neuhaus (Actes sud)

Un bon policier allemand mêlant de terribles secrets de famille et une noirceur d'âme insondable sur fond de Seconde guerre mondiale et d'aristocratie douteuse.

Klaus Mann : retour sur un coup de coeur thumbnail image

Klaus Mann : retour sur un coup de coeur

Si je ne croyais pas en l’esprit et le royaume qu’il bâtira – car c’est une nécessité -, je ne serais pas digne de me nommer son serviteur ; pas digne de prendre la parole si je doutais de sa force magique ; pas digne d’être là devant vous.

La panne, Friedrich Dürenmatt (Zoé éditions) thumbnail image

La panne, Friedrich Dürenmatt (Zoé éditions)

Petit bijou de concision littéraire d'une efficacité redoutable, entre conte de fées et cauchemar kafkaïen, justice divine et jugement humain, cette "odyssée de la conscience" d'un individu révèle également une vision mordante de la société.

Aujourd’hui et demain, l’esprit européen 1925-1949, de Klaus Mann (Phébus éditions) thumbnail image

Aujourd’hui et demain, l’esprit européen 1925-1949, de Klaus Mann (Phébus éditions)

Recueil de textes qui reflète l'humanisme et l'éclectisme de Klaus Mann qui se livre ici à des réflexions sur l'Europe et nous fait part de son admiration pour la littérature française de son époque.

Le renard était déjà le chasseur, de Herta Müller (trad. Claire de Oliveira, éd. du Seuil /Points poche) thumbnail image

Le renard était déjà le chasseur, de Herta Müller (trad. Claire de Oliveira, éd. du Seuil /Points poche)

Sujet grave, lecture difficile mais auteure à découvrir pour son style si particulier et efficace, qui laisse parfois fleurir des fulgurances poétiques sur les terres arides de l’oppression.

Le goût des pépins de pomme, de Katharina Hagena (trad. Bernard Kreiss, éd. Anne Carrière) thumbnail image

Le goût des pépins de pomme, de Katharina Hagena (trad. Bernard Kreiss, éd. Anne Carrière)

Comme dans le mythe égyptien, une jeune femme nommée Isis recherche et collecte des fragments de vérité épars, des éclats de vie morcelée. De vagues réminiscences fantasmagoriques en chroniques intimes avérées, l’ombre diffuse d’un passé filandreux laisse peu à peu place à une histoire familiale reconstituée.

Melnitz, de Charles Lewinsky (trad. de Léa Marcou, éd. Grasset) thumbnail image

Melnitz, de Charles Lewinsky (trad. de Léa Marcou, éd. Grasset)

Emmené par une belle écriture sage mais inspirée, le lecteur parcourt sur cinq générations le quotidien des Schmatters-Meijers, qui ont tenté de se frayer une place dans la société helvète en composant avec leurs particularités dues à la fois à la culture yiddish et à la tradition religieuse.

Point de rencontre à l’infini, de Klaus Mann (trad. Corinna Gepner, éd. Phébus) thumbnail image

Point de rencontre à l’infini, de Klaus Mann (trad. Corinna Gepner, éd. Phébus)

Klaus Mann décrit dans ce roman l'opposition d’une jeunesse emportée par le tourbillon festif et frivole qui règne dans le Berlin des années folles et la menace noire qui plane sur cette « génération perdue » dont il pressent qu’elle sera sacrifiée sur l’autel du nazisme.

Le Nazi et le Barbier, d’Edgar Hilsenrath (trad. Sacha Zilberfarb et Jörg Stickan, éd. Attila) thumbnail image

Le Nazi et le Barbier, d’Edgar Hilsenrath (trad. Sacha Zilberfarb et Jörg Stickan, éd. Attila)

Hilsenrath adopte un point de vue provocateur : nazisme et Holocauste sont évoqués sous l'angle du bourreau, mais à travers une satire baroque énoncée avec un détachement cru et une ironie mordante. Le personnage principal s'agite dans une pantalonnade insolente, le tout servi par une écriture truculente et fantasque.

Un village sans histoires, de Charles Lewinsky (trad. Léa Marcou, éd. Grasset) thumbnail image

Un village sans histoires, de Charles Lewinsky (trad. Léa Marcou, éd. Grasset)

Lors d'un récent cercle de lecture auquel je participais fut avantageusement présenté "Melnitz", de Charles Lewinsky, saga d'une famille juive en Suisse. Quelques jours plus tard en librairie, je ...

← articles antérieurs

La Ruelle bleue © Nathalie Goldgrab