Indexé Coup de coeur

← Revenir à l'accueil

Blog, de Jean-Philippe Blondel (éd. Actes sud junior) thumbnail image

Blog, de Jean-Philippe Blondel (éd. Actes sud junior)

Un roman très touchant sur l’adolescence, tout en finesse et profondeur.

La nuit américaine, de James Douglas Morrison (éd. Christian Bourgois) et Jim Morrison, au-delà des Doors, de Hervé Müller (éd. Albin Michel) thumbnail image

La nuit américaine, de James Douglas Morrison (éd. Christian Bourgois) et Jim Morrison, au-delà des Doors, de Hervé Müller (éd. Albin Michel)

We want the world and we want it .... NOW !

Sur la route (le rouleau original), de Jack Kerouac (trad. Josée Kamoun, éd. Gallimard, coll. Du monde entier) thumbnail image

Sur la route (le rouleau original), de Jack Kerouac (trad. Josée Kamoun, éd. Gallimard, coll. Du monde entier)

Kerouac, nouvel « homme aux semelles de vent », traverse les Etats-Unis avec une poignée de dollars en poche. Il erre de ville en ville à la rencontre de nouvelles amitiés, de nouvelles amours, à la recherche d’un idéal qu’il poursuit sans l’atteindre ni savoir ce qu’il est au juste.

Une douce flamme, de Philip Kerr (trad. Philippe Bonnet, éd. du Masque) thumbnail image

Une douce flamme, de Philip Kerr (trad. Philippe Bonnet, éd. du Masque)

Se basant sur le livre "La auténtica Odessa" d’Uki Goni, Philip Kerr mêle fiction et réalité historique avec maestria. Pour enfoncer le clou sur le passé trouble de l'Argentine, il n'hésite pas à prolonger la "directive Onze 11" historique par une "directive Douze" fictive à nous glacer les sangs.

Bellefleur, de Joyce Carol Oates (trad. Anne Rabinovitch, éd. Stock) thumbnail image

Bellefleur, de Joyce Carol Oates (trad. Anne Rabinovitch, éd. Stock)

Restez concentrés, reportez-vous souvent à l'arbre généalogique indispensable, soufflez de temps en temps (les lectures en apnée ne sont pas recommandées) et laissez-vous emporter par la plume romanesque d'une magicienne des mots.

Seul le silence, de R. J. Ellory (trad. Fabrice Pointeau, éd. Sonatine) thumbnail image

Seul le silence, de R. J. Ellory (trad. Fabrice Pointeau, éd. Sonatine)

"Seul le silence", c'est un concentré d'émotions, un récit délicat et subtil, un personnage principal puissant, une atmosphère captivante aux charmes vénéneux. Imperceptiblement, la mélancolie vous gagne, insaisissable, faussement somnolente. Vous êtes cernés, vous êtes pris, vous êtes emportés...

Le postier Passila, d’Alain Beaulieu (éd. Actes Sud) thumbnail image

Le postier Passila, d’Alain Beaulieu (éd. Actes Sud)

Mais que s'est-il passé dans ce village ? Pourquoi ce climat de guérilla larvée ? Qui raconte la vérité, qui ment ? Quelle cause embrasser et a-t-on le choix ? Un roman québécois pétri de réalisme magique.

Peine maximale, d’Anne Vantal (éd. Actes Sud junior) thumbnail image

Peine maximale, d’Anne Vantal (éd. Actes Sud junior)

Trois jours de cour d'assises, lors du procès d'un jeune homme de vingt-cinq ans. On ne peut s'empêcher de prendre le rôle d'un treizième juré et de voter nous aussi au moment de la délibération. Alors ? Clémence ou sévérité ? Vous auriez voté quelle peine, vous ?

Le Nazi et le Barbier, d’Edgar Hilsenrath (trad. Sacha Zilberfarb et Jörg Stickan, éd. Attila) thumbnail image

Le Nazi et le Barbier, d’Edgar Hilsenrath (trad. Sacha Zilberfarb et Jörg Stickan, éd. Attila)

Hilsenrath adopte un point de vue provocateur : nazisme et Holocauste sont évoqués sous l'angle du bourreau, mais à travers une satire baroque énoncée avec un détachement cru et une ironie mordante. Le personnage principal s'agite dans une pantalonnade insolente, le tout servi par une écriture truculente et fantasque.

Un pays à l’aube, de Dennis Lehane (trad. Isabelle Maillet, éd. Rivages / thriller) thumbnail image

Un pays à l’aube, de Dennis Lehane (trad. Isabelle Maillet, éd. Rivages / thriller)

Un roman au souffle épique, retraçant un épisode historique de la ville de Boston sur fond de tensions sociales et manipulations politiques. Dennis Lehane nous décrit la ville, ses quartiers, ses habitants, avec une belle puissance d'évocation.

Notre besoin de consolation est impossible à rassasier, de Stig Dagerman (trad. Philippe Bouquet, éd. Actes Sud) thumbnail image

Notre besoin de consolation est impossible à rassasier, de Stig Dagerman (trad. Philippe Bouquet, éd. Actes Sud)

Stig Dagerman, jeune homme idéaliste tourmenté, très certainement hypersensible et d'une acuité impressionnante livre ses considérations sur la liberté de l'homme, l'emprise du désespoir, la difficulté de vivre, le salut de la création. Bouleversant.

Le souffle de l’Ogre, de Brigitte Aubert (éd. Fayard noir) thumbnail image

Le souffle de l’Ogre, de Brigitte Aubert (éd. Fayard noir)

C'est râpeux, cru, déjanté, brutal, sauvage et pourtant on garde un sourire narquois et un oeil espiègle, d'un bout à l'autre de la lecture, en retrouvant ainsi notre âme de sale gosse qui lorgne goulûment une monstrueuse parade. Jubilatoire !

Mort de Bunny Munro, de Nick Cave (trad. Nicolas Richard, éd. Flammarion) thumbnail image

Mort de Bunny Munro, de Nick Cave (trad. Nicolas Richard, éd. Flammarion)

Nick Cave nous pousse dans nos retranchements, dans les sentiments les plus noirs qu'on puisse éprouver. Et on lui en veut de laisser ce flot noir briser les digues de la bienséance et de la moralité. Âme sensible s'abstenir...

La ligne de sang, de DOA (éd. Gallimard, coll. Folio policier) thumbnail image

La ligne de sang, de DOA (éd. Gallimard, coll. Folio policier)

Belle réussite que ce roman à l'assemblage périlleux de genres disparates qui confinent parfois au scabreux, mais qui détient cependant la clé de quelques heures de lecture prenante et frémissante.

← articles antérieurs
articles postérieurs →

La Ruelle bleue © Nathalie Goldgrab