Indexé critique sociale

← Revenir à l'accueil

Le renard était déjà le chasseur, de Herta Müller (trad. Claire de Oliveira, éd. du Seuil /Points poche) thumbnail image

Le renard était déjà le chasseur, de Herta Müller (trad. Claire de Oliveira, éd. du Seuil /Points poche)

Sujet grave, lecture difficile mais auteure à découvrir pour son style si particulier et efficace, qui laisse parfois fleurir des fulgurances poétiques sur les terres arides de l’oppression.

Petite mystique de Jean Genet : la famille, la mort, le pardon, de Jean-Luc A. d’Asciano (éd. L’œil d’or) thumbnail image

Petite mystique de Jean Genet : la famille, la mort, le pardon, de Jean-Luc A. d’Asciano (éd. L’œil d’or)

2010 est l’année de la commémoration de la naissance de Jean Genet, écrivain à la forte personnalité dont l’œuvre suscite encore aujourd’hui, près de 25 ans après sa mort, de nombreux débats. Mais laissons de côté l’engagement politique controversé et penchons nous plutôt sur l’œuvre...

Rupture, de Simon Lelic (trad. Christophe Mercier, éditions du Masque) thumbnail image

Rupture, de Simon Lelic (trad. Christophe Mercier, éditions du Masque)

Il faut que quelque chose soit cassé, rompu, pour que l’homme redevienne un loup pour l’homme. Ce premier roman percutant loin des caricatures et stéréotypes souligne l'érosion morale d'une société prédatrice sur fond de tragédie meurtrière.

Petite sœur, mon amour, de Joyce Carol Oates (trad. Claude Seban, éd. Philippe Rey) thumbnail image

Petite sœur, mon amour, de Joyce Carol Oates (trad. Claude Seban, éd. Philippe Rey)

Un roman magistral de noirceur et de cynisme dans lequel la sorcière Oates joue avec les angoisses primales de ses lecteurs...toute ressemblance avec des personnes ou des faits réels n’est pas fortuite, ni anodine, mais totalement fictive et proprement glaçante…

Renaissances africaines : le continent noir décrypté par l’un des siens, de Marcel Zadi Kessy (éditions des îlots de résistance) thumbnail image

Renaissances africaines : le continent noir décrypté par l’un des siens, de Marcel Zadi Kessy (éditions des îlots de résistance)

Une vision positive et constructive des rapports Nord-Sud et un élan vers une troisième voie de développement salvatrice par un sage africain.

Frères de sang, de Richard Price (trad. Jacques Martinache, éd. des Presses de la Cité) thumbnail image

Frères de sang, de Richard Price (trad. Jacques Martinache, éd. des Presses de la Cité)

Un regard sombre sur le déterminisme social et la liberté individuelle…

Au hasard, de Bruno Gaia (éd. EP & LA Arès) thumbnail image

Au hasard, de Bruno Gaia (éd. EP & LA Arès)

Dans ses nouvelles, Bruno Gaïa croque à belles dents un portrait de notre monde moderne, jetant tantôt un regard attendri et compatissant sur ses personnages appartenant à des "légions de sublimes minables", tantôt un œil insolent et acerbe sur nos modes de vie.

Que font les rennes après Noël, d’Olivia Rosenthal (éd. Verticales) thumbnail image

Que font les rennes après Noël, d’Olivia Rosenthal (éd. Verticales)

Qu’est-ce qui distingue l’homme de l’animal ? Ou plutôt, qu’est-ce qui les rapproche ? Réfléchir sur les rapports entre l’homme et l’animal, c’est réfléchir sur l’homme. En l’occurrence ici, plus particulièrement la femme.

Suite(s) impériale(s), de Bret Easton Ellis (trad. Pierre Guglielmina, éd. Robert Laffont, coll. Pavillons) thumbnail image

Suite(s) impériale(s), de Bret Easton Ellis (trad. Pierre Guglielmina, éd. Robert Laffont, coll. Pavillons)

Nous retrouvons donc vingt-cinq ans après, le narrateur de "Less than zero". Qu’est donc devenu Clay ? Evidemment, Bret Easton Ellis nous dépeint un tableau toujours aussi sombre.

Moins que zéro, de Bret Easton Ellis (trad.  Brice Matthieussent, éd. 10/18) thumbnail image

Moins que zéro, de Bret Easton Ellis (trad. Brice Matthieussent, éd. 10/18)

Another crack in the wall... Description d’une adolescence en déshérence, anesthésiée, livrée à elle-même, insensée au sens propre du terme. Perte des repères, des valeurs, frontière floue entre le fantasme et le réel, chute dans l’amoralité la plus totale... bienvenue dans un Los Angeles cauchemardesque, voyage au bout de l'obscénité...

Examen critique de la pétrification, de Thorne Smith (trad. Anne-Sylvie Homassel, éd. L’Oeil d’or) thumbnail image

Examen critique de la pétrification, de Thorne Smith (trad. Anne-Sylvie Homassel, éd. L’Oeil d’or)

Illustré sobrement mais efficacement par Sarah d’Haeyer, ce livre est une incursion dans l’insolence et la loufoquerie d’un auteur qui sera source d’inspiration pour de nombreux autres artistes de la sphère anglophone. Aux amateurs de littérature vintage et dissipée…

Point de rencontre à l’infini, de Klaus Mann (trad. Corinna Gepner, éd. Phébus) thumbnail image

Point de rencontre à l’infini, de Klaus Mann (trad. Corinna Gepner, éd. Phébus)

Klaus Mann décrit dans ce roman l'opposition d’une jeunesse emportée par le tourbillon festif et frivole qui règne dans le Berlin des années folles et la menace noire qui plane sur cette « génération perdue » dont il pressent qu’elle sera sacrifiée sur l’autel du nazisme.

Pourquoi Tom Cruise, de Pierre Denan (éd. Les Presses du Réel) thumbnail image

Pourquoi Tom Cruise, de Pierre Denan (éd. Les Presses du Réel)

En réalité, ceci n’est pas un livre : c’est un concept, une installation d’art contemporain qui vient vous rendre visite chez vous, offerte à vous et à votre bon vouloir sur votre de table de chevet. Quand vous voulez, à domicile, la performance se tient.

Zuleika Dobson, de Max Beerbohm (trad. Anne Sylvie Homassel, éd. Monsieur Toussaint Louverture) thumbnail image

Zuleika Dobson, de Max Beerbohm (trad. Anne Sylvie Homassel, éd. Monsieur Toussaint Louverture)

Ce texte, publié en 1911, est un véritable petit joyau d'écriture. Badinage satirique et drame romantique tout à la fois, Zuleika Dobson est une "fantaisie" où le frivole le dispute à la gravité, la noblesse à la mondanité, l'extravagance à la fatuité.

← articles antérieurs
articles postérieurs →

La Ruelle bleue © Nathalie Goldgrab