Indexé États-Unis

← Revenir à l'accueil

La malédiction des colombes, de Louise Erdrich (trad. Isabelle Reinharez, éd. Albin Michel) thumbnail image

La malédiction des colombes, de Louise Erdrich (trad. Isabelle Reinharez, éd. Albin Michel)

Au son d’un violon presque magique, des destins individuels et familiaux vont s’entrechoquer, créer un labyrinthe de tensions dramatiques et de secrets bien gardés, un enchevêtrement de fils de vie comme animés par les Moires implacables et facétieuses.

Une bien étrange attraction de Tom Robbins (trad. François Happe, éd. Gallmeister, coll. Americana) thumbnail image

Une bien étrange attraction de Tom Robbins (trad. François Happe, éd. Gallmeister, coll. Americana)

Si vous êtes prêt à subir un feu d'artifices d'imagination débridée qui vous bombarde l'esprit comme le harcèlement d'une guêpe lors d'agapes estivales, alors cette bien étrange attraction est faite pour vous !

Moins que zéro, de Bret Easton Ellis (trad.  Brice Matthieussent, éd. 10/18) thumbnail image

Moins que zéro, de Bret Easton Ellis (trad. Brice Matthieussent, éd. 10/18)

Another crack in the wall... Description d’une adolescence en déshérence, anesthésiée, livrée à elle-même, insensée au sens propre du terme. Perte des repères, des valeurs, frontière floue entre le fantasme et le réel, chute dans l’amoralité la plus totale... bienvenue dans un Los Angeles cauchemardesque, voyage au bout de l'obscénité...

L’enfant perdu, de John Art (trad. Sabine Boulongne, éd. JC Lattès) thumbnail image

L’enfant perdu, de John Art (trad. Sabine Boulongne, éd. JC Lattès)

A travers une trame policière sans prétention retentit l’histoire d’enfants grandis trop vite, confrontés à des situations qui les condamnent à la désillusion, à des violences qui les obligent à acquérir une dureté de tempérament, un dessèchement des sentiments. Mais c’est aussi un roman sur l’amitié.

Examen critique de la pétrification, de Thorne Smith (trad. Anne-Sylvie Homassel, éd. L’Oeil d’or) thumbnail image

Examen critique de la pétrification, de Thorne Smith (trad. Anne-Sylvie Homassel, éd. L’Oeil d’or)

Illustré sobrement mais efficacement par Sarah d’Haeyer, ce livre est une incursion dans l’insolence et la loufoquerie d’un auteur qui sera source d’inspiration pour de nombreux autres artistes de la sphère anglophone. Aux amateurs de littérature vintage et dissipée…

La nuit américaine, de James Douglas Morrison (éd. Christian Bourgois) et Jim Morrison, au-delà des Doors, de Hervé Müller (éd. Albin Michel) thumbnail image

La nuit américaine, de James Douglas Morrison (éd. Christian Bourgois) et Jim Morrison, au-delà des Doors, de Hervé Müller (éd. Albin Michel)

We want the world and we want it .... NOW !

Sur la route (le rouleau original), de Jack Kerouac (trad. Josée Kamoun, éd. Gallimard, coll. Du monde entier) thumbnail image

Sur la route (le rouleau original), de Jack Kerouac (trad. Josée Kamoun, éd. Gallimard, coll. Du monde entier)

Kerouac, nouvel « homme aux semelles de vent », traverse les Etats-Unis avec une poignée de dollars en poche. Il erre de ville en ville à la rencontre de nouvelles amitiés, de nouvelles amours, à la recherche d’un idéal qu’il poursuit sans l’atteindre ni savoir ce qu’il est au juste.

Bellefleur, de Joyce Carol Oates (trad. Anne Rabinovitch, éd. Stock) thumbnail image

Bellefleur, de Joyce Carol Oates (trad. Anne Rabinovitch, éd. Stock)

Restez concentrés, reportez-vous souvent à l'arbre généalogique indispensable, soufflez de temps en temps (les lectures en apnée ne sont pas recommandées) et laissez-vous emporter par la plume romanesque d'une magicienne des mots.

Seul le silence, de R. J. Ellory (trad. Fabrice Pointeau, éd. Sonatine) thumbnail image

Seul le silence, de R. J. Ellory (trad. Fabrice Pointeau, éd. Sonatine)

"Seul le silence", c'est un concentré d'émotions, un récit délicat et subtil, un personnage principal puissant, une atmosphère captivante aux charmes vénéneux. Imperceptiblement, la mélancolie vous gagne, insaisissable, faussement somnolente. Vous êtes cernés, vous êtes pris, vous êtes emportés...

Un pays à l’aube, de Dennis Lehane (trad. Isabelle Maillet, éd. Rivages / thriller) thumbnail image

Un pays à l’aube, de Dennis Lehane (trad. Isabelle Maillet, éd. Rivages / thriller)

Un roman au souffle épique, retraçant un épisode historique de la ville de Boston sur fond de tensions sociales et manipulations politiques. Dennis Lehane nous décrit la ville, ses quartiers, ses habitants, avec une belle puissance d'évocation.

Les Enfants de la veuve, de Paula Fox (trad. Marie-Hélène Dumas, éd. Joëlle Losfeld) thumbnail image

Les Enfants de la veuve, de Paula Fox (trad. Marie-Hélène Dumas, éd. Joëlle Losfeld)

Publié en 1976 et réédité en France aujourd'hui, "les enfants de la veuve" est une nouvelle incisive et grinçante sur le thème de la famille, de l'amour filial et maternel, des relations humaines écrasées par des egos surdimensionnés.

Les Lieux sombres, de Gillian Flynn (trad. Héloïse Esquié, éd. Sonatine) thumbnail image

Les Lieux sombres, de Gillian Flynn (trad. Héloïse Esquié, éd. Sonatine)

Tout en nuances, Gillian Flynn arrive à distiller au cours de son récit une insidieuse mélancolie qui fait de ces « lieux sombres » une lecture prenante et attachante.

Les Visages, de Jesse Kellerman (trad. Julie Sibony, éd. Sonatine) thumbnail image

Les Visages, de Jesse Kellerman (trad. Julie Sibony, éd. Sonatine)

Les éditions Sonatine nous livrent à nouveau un roman policier original, tant par son style narratif empreint d’autodérision sur les polars en général que par l’habile imbrication d’une saga familiale lourde de secrets et d’une trame policière inhabituelle se déroulant dans le milieu de l’art contemporain.

Contre-jour, de Thomas Pynchon (trad. Claro, éd. du Seuil) thumbnail image

Contre-jour, de Thomas Pynchon (trad. Claro, éd. du Seuil)

Ce récit foutraque et loufoque s’ouvre sur l’exposition universelle de Chicago en 1893 et se ferme 1200 pages plus loin dans les années suivant la Première Guerre mondiale. "Contre-jour" : c'est une fanfare assourdissante dont on ne peut s’empêcher de siffler la mélodie.

← articles antérieurs
articles postérieurs →

La Ruelle bleue © Nathalie Goldgrab