Indexé Prix littéraire

← Revenir à l'accueil

Melnitz, de Charles Lewinsky (trad. de Léa Marcou, éd. Grasset) thumbnail image

Melnitz, de Charles Lewinsky (trad. de Léa Marcou, éd. Grasset)

Emmené par une belle écriture sage mais inspirée, le lecteur parcourt sur cinq générations le quotidien des Schmatters-Meijers, qui ont tenté de se frayer une place dans la société helvète en composant avec leurs particularités dues à la fois à la culture yiddish et à la tradition religieuse.

Blog, de Jean-Philippe Blondel (éd. Actes sud junior) thumbnail image

Blog, de Jean-Philippe Blondel (éd. Actes sud junior)

Un roman très touchant sur l’adolescence, tout en finesse et profondeur.

Seul le silence, de R. J. Ellory (trad. Fabrice Pointeau, éd. Sonatine) thumbnail image

Seul le silence, de R. J. Ellory (trad. Fabrice Pointeau, éd. Sonatine)

"Seul le silence", c'est un concentré d'émotions, un récit délicat et subtil, un personnage principal puissant, une atmosphère captivante aux charmes vénéneux. Imperceptiblement, la mélancolie vous gagne, insaisissable, faussement somnolente. Vous êtes cernés, vous êtes pris, vous êtes emportés...

Le Nazi et le Barbier, d’Edgar Hilsenrath (trad. Sacha Zilberfarb et Jörg Stickan, éd. Attila) thumbnail image

Le Nazi et le Barbier, d’Edgar Hilsenrath (trad. Sacha Zilberfarb et Jörg Stickan, éd. Attila)

Hilsenrath adopte un point de vue provocateur : nazisme et Holocauste sont évoqués sous l'angle du bourreau, mais à travers une satire baroque énoncée avec un détachement cru et une ironie mordante. Le personnage principal s'agite dans une pantalonnade insolente, le tout servi par une écriture truculente et fantasque.

Un pays à l’aube, de Dennis Lehane (trad. Isabelle Maillet, éd. Rivages / thriller) thumbnail image

Un pays à l’aube, de Dennis Lehane (trad. Isabelle Maillet, éd. Rivages / thriller)

Un roman au souffle épique, retraçant un épisode historique de la ville de Boston sur fond de tensions sociales et manipulations politiques. Dennis Lehane nous décrit la ville, ses quartiers, ses habitants, avec une belle puissance d'évocation.

Hypothermie, de Arnaldur Indridason (trad. Eric Boury, éd. Anne-Marie Métailié) thumbnail image

Hypothermie, de Arnaldur Indridason (trad. Eric Boury, éd. Anne-Marie Métailié)

Il y a des adeptes...

Les Visages, de Jesse Kellerman (trad. Julie Sibony, éd. Sonatine) thumbnail image

Les Visages, de Jesse Kellerman (trad. Julie Sibony, éd. Sonatine)

Les éditions Sonatine nous livrent à nouveau un roman policier original, tant par son style narratif empreint d’autodérision sur les polars en général que par l’habile imbrication d’une saga familiale lourde de secrets et d’une trame policière inhabituelle se déroulant dans le milieu de l’art contemporain.

Le ciel de Bay City, de Catherine Mavrikakis (éd. Sabine Wespieser) thumbnail image

Le ciel de Bay City, de Catherine Mavrikakis (éd. Sabine Wespieser)

Ce livre est un témoignage littéraire du traumatisme de la deuxième génération dont héritent les enfants des survivants de la Shoah. Exigeant, dur, sombre mais nécessaire, il est porté par une écriture rageuse, un souffle où l’urgence le dispute à l’indicible.

Vendetta, de R. J. Ellory (trad.  Fabrice Pointeau, éd. Sonatine) thumbnail image

Vendetta, de R. J. Ellory (trad. Fabrice Pointeau, éd. Sonatine)

Il y a du Shakespeare et du Machiavel dans ce livre. Et il y a le talent de conteur de R. J. Ellory. Cet écrivain sait raconter de vraies histoires d’hommes qui ne sont pas reléguées à de la simple figuration derrière une intrigue policière et réussit un bel équilibre ...

Le Tombeau de Tommy, d’Alain Blottière (éd. Gallimard) thumbnail image

Le Tombeau de Tommy, d’Alain Blottière (éd. Gallimard)

Inspiré par les mémoires d’une mère aimante et dévouée dont le fils figure sur l’Affiche rouge, un réalisateur de film projette de tourner une biographie de Thomas Elek. Ce jeune Juif hongrois au sein du groupe Manouchian fut fusillé au Mont Valérien en 1944 pour actes de terrorisme contre l’armée occupante.

Ce que je sais de Vera Candida, de  Véronique Ovaldé  (éd. de l’Olivier) thumbnail image

Ce que je sais de Vera Candida, de Véronique Ovaldé (éd. de l’Olivier)

Trois femmes, trois générations, quelque part en Amérique du Sud, partageant un destin commun de maternité violée, arrachée, subie. Trois fortes personnalités dignes, droites et fières, malgré les handicaps de la vie comme la pauvreté, la prostitution ou le simple fait d’être née femme, de père inconnu, renié, caché.

L’Énigme du retour, de Dany Laferrière (éd. Grasset) thumbnail image

L’Énigme du retour, de Dany Laferrière (éd. Grasset)

Ce récit de retour au pays est marqué par le style de narration, entre vers libres courts et sentencieux et phrases limpides et vibrantes. Graves et profondes, les réflexions de l’auteur sur son exil et la redécouverte de son pays natal oscillent entre sérénité et nostalgie, indulgence et espoir.

articles postérieurs →

La Ruelle bleue © Nathalie Goldgrab